IMG_7354

A mon premier tatouage, il y a déjà plusieurs années, j’ai dit à Carlo, mon tatoueur préféré : ” ce sera le seul et unique, c’est sur sur sur!”.

Et puis voilà… je l’avoue…je suis devenue une tattoo addict

comme bon nombre de ceux qui passent une fois la porte d’un salon de tatouage, j’ai eu envie et presque besoin d’encrer mon histoire dans ma peau, de graver de façon pérenne mes valeurs, d’orner mon corps de ce que j’appelle mes “bijoux de peau”. Je n’ai pas forcément envie de les “exhiber”, mais je sais qu’ils sont là,  ce sont mes trésors cachés …

Si, comme moi, vous êtes parmi les 10% de français à être tatoués, vous comprendrez facilement ce que je veux dire Ladies and Gentlemen!

Les tatouages séduisent un nombre croissant d’hommes, et de plus en plus de femmes, au delà des catégories sociales et des classes d’âge. Fini le temps du tattoo réservé aux marginaux, punk et autres bikers en tête. Les beautiful poeple l’ont adoubé, des acteurs aux sportifs, en passant par les  chanteurs ou les gens de la mode.

Justement : à la mode le tatouage? certainement pas ! il existe depuis la nuit des temps et je reste persuadée qu’il est au-delà des modes, même s’il se développe des tendances dans les choix de modèles, comme le tribal ,roi des nineties et l’écriture aujourd’hui.

A l’heure de la fast food et de la fast fashion, choisir de se faire  tatouer apparait comme un acte fort, un “encrage” dans sa propre vie : my tattoo is a beauty manifesto!

Et vous, Ladies and Gentlemen, quelle est votre relation au tatouage ? 😉

Si comme moi vous êtes fan de tatouages, je vous conseille une très belle exposition à Paris au musée du Quai Branly, “tatoueurs, tatoués’, qui se prolonge jusqu’au 18 octobre 2015, vous avez encore le temps….

xxx

 photo : Hortense Vitry Photographe

2 thoughts on “ Tattoo or not tattoo? ”

  1. Tout cela est si vrai!
    Mon premier tatouage a été réalisé pendant ma 18ème année. Deux autres ont rapidement suivi les années d’après. Puis ma “fringale” de tatouages s’est arrêtée net.
    Cependant m’est soudainement, presque brutalement, apparu l’évidence d’en ajouter un l’année de mon 40ème anniversaire.
    Je pensais ne plus jamais avoir envie d’un nouveau (et énième!) tatouage, mais le tatouage distingue – de la plus belle manière – notre personnalité unique qui représente le fil le rouge de notre existence, et ce malgré nos multiples expériences et notre vision du monde qui évolue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *